Le costume traditionnel provençal varie en fonction de la localité, de l’époque, de l’âge , de la circonstance mais aussi de la classe sociale.

 

Le costume masculin se compose dès la Restauration d’un pantalon, d’un gilet d’une redingote puis d’un veston et préfigure le costume moderne du 20e siècle.

 

Dans le pays d’Arles, le costume féminin a gardé ses spécificités tout en suivant les caprices de la mode parisienne. A chaque période, il se transforme avec les indiennes, les crinolines, les rubans ...



LE COSTUME CONTEMPORAIN

 

 

Le costume contemporain est le dernier costume porté dans le pays d’Arles, depuis le 19e siècle jusqu’aux alentours de la guerre de 14-18.


 

Frédéric MISTRAL a dénombré qu’il était porté dans 60 villages et 13 cantons.

 

 

Son ami Léo LELEE, l’a immortalisé dans ses toiles, ses dessins, ses croquis.

 

Le costume féminin varie suivant les âges de la vie, les saisons, les circonstances.



 

 

 

La fillette quitte son bonnet (béguin) lorsque ses cheveux sont assez longs pour prendre la cravate, carré de mousseline plié et noué gracieusement sur le devant de la coiffe.



 

 

A 15 ans la jeune fille prendra le ruban

Le ruban peut être vierginen (à fond blanc), bleu marine, de couleur (époque Louis Philippe ou Napoléon III) ou de deuil (noir, sorte de gros grain à motifs moirés)



 

 

 

La mamé, à l’automne de sa vie a perdu beaucoup de cheveux, aussi elle adopte la cravate de mousseline noire entourant sa tête comme un foulard et nouée sur le devant.